•  
     
     
     
     
    Les hommes préhistoriques nous ont transmis d’énigmatiques statuettes féminines aux formes généreuses dont l’utilité et la signification nous échappent encore : art pour l’art ? Amulettes ? Culte de la fertilité ? Figures charismatiques de sociétés matriarcales ? Déesses mères ? Le mystère reste entier…

    Cette « Vénus » (car c’est ainsi qu’on les surnomme) est en argile, elle a été façonnée à la main en s’inspirant librement de la Vénus de Dolni Vestonice découverte en République tchèque et datée du Gravettien (29.000 à 25.000 ans avant J-C). L’originale est également en céramique, c’est d’ailleurs la plus ancienne connue à ce jour.

    Aux côtés de cette belle Vénus fut également trouvée une Vénus beaucoup plus stylisée que nous avons choisi de reproduire également :
     
     
     
     
     

    Prix :
    - Grande Vénus : 30€
    - Vénus stylisée : 10€

    1 commentaire
  • Véritable os de chevreuil gravé de trois cervidés.
     
     
     
     
     
    Détail de la première biche, finement gravée. Notez les détails du museau, des yeux allongés et du pelage.
     
     
     
    Détail de la seconde biche. Cette biche la queue dressée, subit la cour du cerf.
     
     
     
    Le cerf en rut en train de brâmer. Sa large ramure se perd dans l'extrémité de l'os.
     
     
    Les cervidés étaient une proie de choix pour les Hommes du Paléolithique supérieur, ils offraient des fourrures, de la viande, des os mais aussi leurs bois qui servaient à confectionner de très nombreux outils.
     
     
    cerf_2_s&n
     
     
    Prix: 30€ à débattre...

    votre commentaire
  • Véritable os de chevreuil gravé de trois chevaux et d'un saumon.
     
     
     
     
     
     
    Détail du saumon.
    Peu représenté dans l'art pariétal (sur les parois des grottes) le saumon l'est plus souvent sur l'art mobilier: sur des plaques de calcaire, des bois de cerfs ou, comme ici, des os. La pêche représentait une des activités principales des Hommes du Paléolithique supérieur. Ils utilisaient des nasses, des lignes avec hameçons et des harpons dentés finement réalisés.
     
     
     
    Les chevaux, encore sauvages, faisaient partie de la liste des gibiers chassés par les Hommes du Paléolithique supérieur. Ils se déplaçaient en troupeaux, comme représenté ici. Sur le site de Solutré le cheval fut même l'animal le plus chassé, notamment lors de migrations printanières. Les Hommes pouvaient récupérer la viande mais aussi la peau et les os.
     
     
    Prix: 20€ à débattre...

    votre commentaire
  •  
     
    Belle petite plaquette provenant de falaises de la Vienne, connues pour les abris préhistoriques.
    Gravée à la main d’un Mammouth, animal mythique s’il en est dans l’univers des premiers Hommes.

    votre commentaire
  •  
     
    Gravure, faite main, inspirée des plaques gravées du Magdalénien. La pierre choisie provient du Lot et de la Dordogne, connus pour leurs nombreux vestiges préhistoriques. C’est dans cette même pierre que nos ancêtres ont gravé animaux et signes abstraits dans un style figuratif à la fois archaïque et réaliste tel que représenté ici. Le choix thématique est des plus importants : le Mammouth, fréquemment représenté bien que paradoxalement peu chassé. Il n’a cessé de fasciner les premiers hommes qui lui vouèrent peut-être une sorte de culte. A propos de la relation de l’homme au mammouth n’hésitez pas à vous reporter à cet article.

    Le Mammouth (juvénile, d’où l’absence de défenses)  est ici gravé en utilisant au mieux la forme de la pierre dont l’artiste se contente de souligner et d’accentuer les courbes principales pour en faire ressortir l’animal. Dans un art qui touche par certains aspects au chamanisme l’artiste fait naitre l’animal de la pierre.

    L’occasion pour vous d’offrir (ou de vous offrir) cette évocation des premiers pas de l’humanité et de son rapport à la nature.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique